Présentation de l’ensemble

Sous la direction musicale de Stéphane Delincak, et avec l’accompagnement artistique de Patrick Abéjean, l’ensemble vocal et instrumental À bout de souffle propose des créations scéniques percutantes sur un répertoire Renaissance et baroque. Composé de chanteurs solistes et d’instrumentistes issus des meilleures formations baroques européennes, d’un chœur dynamique et exigeant, de jeunes chorégraphes contemporains, d’une costumière de théâtre de rue et d’une équipe technique inventive et talentueuse, l’Ensemble a su rencontrer les publics d’aujourd’hui.

À bout de souffle joue en effet dans de grandes salles comme Odyssud, la scène conventionnée de Blagnac, la Scène Nationale d’Albi, la Halle aux Grains à Toulouse ; sillonne le territoire du théâtre de Saint-Gaudens à ceux de Toulouse, Lavelanet ou Millau, de l’Abbaye de Sylvanès au château de Laréole et propose son répertoire dans des formes déambulatoires proches des spectateurs, aux jardins du Muséum, dans les salles du Musée des Augustins et du Quai des savoirs, les pieds dans l’eau de la fontaine Goudouly pour le festival Toulouse d’été, sur les bords d’une lavogne près de Roquefort en Aveyron, et dans d’autres lieux atypiques tels que musées, transports en commun, parcs urbains…

Le succès rencontré par l’Ensemble lui permet de diffuser un riche répertoire sur le territoire régional. Baroque, avec Platée de Jean-Philippe Rameau (2010) et The Fairy Queen de Henry Purcell (2014), Renaissance, avec « Maintenant que le ciel » (2015), spectacle de madrigaux autour de Claudio Monteverdi, mais aussi romantique, avec « Gabriel Fauré : Le grain de la voix » (2011) ou moderne, Stabat Mater de Francis Poulenc (2016)…

Les projets, proches des publics grâce à la multiplicité des formes des créations, donnent aussi lieu à des actions d’éducation artistique et de médiation auprès d’un public scolaire et de personnes âgées, en particulier grâce au soutien de la DRAC Occitanie et de l’ARS. À bout de souffle, reconnu d’intérêt général, est régulièrement subventionné par la Mairie de Toulouse, le Conseil Départemental de la Haute-Garonne et la Région Occitanie Pyrénées Méditerranée.